Home  ::   Déclaration de protection de données  ::   Copyright  ::   Impressum  ::   Print view  ::  
ADT - Arbeitsgemeinschaft Deutscher Tierzüchter e.V.
Siège sociale: Adenauerallee 174 • D-53113 Bonn
Bureau Bruxelles: Rue du Luxembourg 47-51 • B-1050 Bruxelles
04/11/2016

Compte rendu de l'Assemblée Générale 2016 de l'ADT

In seiner Ansprache ging Präsident Böge auf wichtige Ergebnisse der vorausgegangenen Mitgliederversammlung ein.

L’Assemblée générale de l’Association des éleveurs allemands (ADT), qui a eu lieu le 10 octobre 2016 à Bruxelles dans les locaux de la Représentation du Land de Bavière auprès de l’UE, a abordé les questions suivantes : la politique européenne de protection du bien-être des animaux, les défis de l’élevage vus par une « délégué à la protection des animaux » et les dernières propositions de la Commission Européenne en matière de politique climatique ainsi que leurs conséquences pour la production animale.

Les représentants des fédérations d’éleveurs spécialisées ont été informées par Alexandra Kostorz, de l’unité Santé et bien-être des animaux de la Direction générale SANTE que Vytenis Andriukaitis, le Commissaire pour la Santé et la Sécurité alimentaire, voulait d’abord mener à bien les mesures de la Stratégie 2012-2015 de l’UE pour le bien-être des animaux encore en suspens avant que l’on ne décide d’une nouvelle législation en la matière. La Commission considère que la législation actuelle concernant le bien-être des animaux est suffisante, mais qu’à l’avenir, il faudra insister encore davantage sur leur mise en œuvre correcte par les états membres. Les priorités sont pour l’instant le transport des animaux et le secteur porcin. En se basant sur les expériences constatées lors des visites d’études récentes organisés en vue de partager les bonnes pratiques en matière d’élevage de porcs sans recours à la caudectomie, la Commission va élaborer des supports d’information destinés aux éleveurs pour les soutenir dans le management de leurs exploitations. La mise en place envisagée d’une plateforme de l'UE sur le bien-être animal et sa mise en réseau avec des « centres de référence de l'Union européenne pour le bien-être des animaux » qui doivent encore être désignés seront également un domaine important.

Dans la seconde intervention, Cornelie Jäger, fonctionnaire régionale du Land de Bade-Wurtemberg chargée du bien-être animal, a évoqué ce qui constitue selon elle les défis les plus importants pour le secteur tout en avançant des propositions comment peut-être retrouver l'acceptabilité sociale de l’élevage. Le reproche principal qui est fait à l’égard de l’élevage est qu’il s’oriente trop en fonction des performances et ne tient pas suffisamment compte de la robustesse et de la santé. Il s’agit là d’un challenge important pour le métabolisme et l’alimentation des bêtes. Un autre reproche mentionné par Mme Jäger est la durée de vie productive trop courte, ce en quoi les experts de l’élevage ont mentionné des données et des évolutions contradictoires ainsi que les aspects économiques de la durée d’utilisation. En s’appuyant sur le rapport d’expertise des conseils scientifiques pour la politique agricole et pour la politique sylvicole du Ministère Fédéral de l’Alimentation et de l’Agriculture, elle a proposé d’orienter la sélection de manière conséquente sur une haute performances de vie et de renoncer alors réellement aux performances maximales. Les éleveurs devraient en outre miser davantage sur l’autocontrôle et communiquer de manière plus ouverte afin de combler les lacunes dans les connaissances des consommateurs.

Ger Klassen, de la Direction Générale CLIMA, a présenté le paquet de mesures de la Commission Européenne pour la transition de l’Europe vers une économie pauvre en émissions de CO2. Les propositions de juillet 2016 contiennent des objectifs nationaux obligatoires pour la réduction des gaz à effet de serre par les états membres. Elles prévoient que le secteur économique de l’agriculture doit réduire ses émissions d’ici à 2030 de 30 % par rapport à 2005. Les objectifs de réduction des émissions sont plus ou moins élevés selon les états membres ; avec un objectif de -38 %, l’Allemagne se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne. En ce qui concerne les options pour la réduction des émissions de gaz non-CO2, le rendement des fourrages revêt une grande importance pour le secteur de l’élevage. La question des effets des objectifs de réduction d’émissions sur le secteur de la production animale en Allemagne est restée sans réponse, car la Commission Européenne n’a pas donné d’indications concrètes et qu’il est du ressort des états membres de décider dans quels secteurs et par quelles mesures les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre doivent être atteints.

 


Avant cette présentation, le Directeur Hans-Peter Schons a rendu compte des résultats positifs de l’année 2015 et des thèmes centraux du travail de l’association, dont le Règlement relatif aux conditions zootechniques et généalogiques et la Loi de santé animale. Les deux actes juridiques ont été publiés entretemps au JO ; mais ils ne seront complètement d’application qu’après une période de transition (le Règlement relatif aux conditions zootechniques et généalogiques le 1er novembre 2018 et la Loi de santé animale le 21 avril 2021). D’ici là, la Commission doit encore promulguer de nombres actes délégués ou d'exécution précisant la réglementation en vigueur à l’échelle de l’UE et harmonisant leur transposition dans les états membres. La ADT est également impliquée dans un nouveau projet pilote pour les bonnes pratiques du transport des animaux vivants, dont le but est l’élaboration et la diffusion de guides de bonnes pratiques spécifiques selon les espèces animales (bovin, porcins, équins, ovins et volailles). La distinction entre « bonnes » et « meilleures » pratiques est encore discutée par les experts dans différents groupes de travail. Il est prévu que les textes définitifs soient achevés avant la fin de l’année.

L’assemblée générale a également désigné un nouveau Praesidium. Le parlementaire européen Reimer Böge, du Schleswig-Holstein, a été réélu Président de la ADT à l’unanimité. Durant ce nouveau mandat de trois ans, il sera secondé comme précédemment par le Vice-Président Hans-Benno Wichert, qui représente le Zentralverband der Deutschen Schweineproduktion (ZDS) - la fédération centrale du secteur porcin. La Deutsche Reiterliche Vereinigung (Fédération Équestre Nationale) est toujours représentée par le responsable du secteur élevage, Theodor Leuchten. Friedrich-Otto Ripke, dont la candidature a été proposée par le Zentralverband der Deutschen Geflügelwirtschaft (ZDG) - Association centrale de l’aviculture allemande, a été nouvellement élu en remplacement de Leo Graf von Drechsel dans le Praesidium de la ADT.

 


Dr. Jörg Hirsche begrüßt die Anwesenden im Namen der Bayerischen Landesvertretung

Au nom de la Représentation du Land de Bavière qui accueillait l’événement, Dr. Jörg Hirsche a salué les invités de la soirée parlementaire traditionnelle qui a abordé cette fois-ci la thématique des nouvelles techniques de sélection, telles que l'édition génomique (« gene editing »). Le Président Reimer Böge a rappelé l’actualité particulière de ce sujet au niveau européen, alors que la Commission Européenne a retardé son analyse juridique qui déterminera si les nouvelles techniques de sélection des plantes doivent être considérées comme des OGM. Le Directeur de la ADT Hans-Peter Schons a souligné que ces nouveaux procédés allaient évoluer vers une technique clé en corrélation avec les progrès prévisibles de l’analyse du génome et de la digitalisation. Il en a appelé à un débat institutionnalisé avec la société civile qui ne se limite pas à des considérations à courte vue d’une analyse coûts-bénéfices, mais qui envisage, dans un cadre plus large, les valeurs et les visions de différentes conceptions philosophiques et intègre des alternatives. Inga Schiefler, du Förderverein Bioökonomieforschung (FBF) – l‘Association pour la recherche en bio-économie, a ensuite évoqué les techniques du gene editing et a mis en évidence les chances et les risques. Au vu de l’évolution rapide des méthodes, elle a plaidé pour que la recherche fondamentale sur ces questions puisse ménager la création de suffisamment de compétences en Allemagne, afin que les scientifiques, les pouvoirs publics et le secteur économique puissent prendre des décisions reposant sur des bases solides. La table ronde animée par la Directrice de la ADR, Bianca Lind, à laquelle ont participé Mme Schiefler et les députés européens Martin Häusling (Bündnis 90/Die Grünen), Maria Noichl (SPD), Ulrike Müller (Freie Wähler) et Albert Deß (CSU) était d’accord sur le fait qu’il ne faut pas se fermer au progrès, mais qu’il ne faut pas non plus mettre en pratique tout ce qui est possible du point de vue scientifique et technique. Les éleveurs ont été invités à bien réfléchir à ce qu’ils souhaitaient obtenir avec le nouveau procédé et aussi à veiller à la conservation de la diversité génétique. L’importance d’une recherche scientifique indépendante a également été soulignée.


ADT-Geschäftsführer Schons begrüßt Sabine Schüller vom BfT und den Landestierarzt von Baden-Württemberg, Martin Hartmann
Die meisten Abgeordneten des EP wurden von ihren Mitarbeitern begleitet.

Alain Cantaloube (FESASS) im Gespräch mit Frau Kokkinou-Böge
Die Abendveranstaltung bot wiederum Gelegenheit zum Austausch mit Europaabgeordneten "aus der Region" - hier ist MdEP Ulrike Müller im Gespräch mit den Herren Hollfelder (li.) und Röhrmoser vom Landesverband Bayerischer Rinderzüchter.

Dr. Inga Schiefler vom FBF erklärt neue molekularbiologische Verfahren.
Der Saal war bis zum letzten Platz gefüllt (der freie Stuhl vorne gehört dem Fotografen).

Auf dem Podium waren diesmal (v.l.n.r.): Inga Schiefler (FBF), Martin Häusling (Bündnis 90/Die Grünen), Maria Noichl (SPD), Bianca Lind (ADR), Ulrike Müller (Freie Wähler) und Albert Dess (CSU)
Sogar der Deutsche Bundestag war vertreten, und zwar durch den agrarpolitischen Sprecher der SPD-Bundestagsfraktion, Dr. Wilhelm Priesmeier, MdB

Auch in diesem Jahr nahmen wieder viele Vertreter der Europäischen Kommission und der Vertretungen der Bundesländer teil.
Semaine Verte 2018 à Berlin

La semaine verte internationale (IGW) de Berlin a eu lieu du 19 au 28 janvier 2018 au parc des expositions. Cette exposition internationale unique sur la nutrition, l'agriculture et l'horticulture, et le point de départ du Forum mondial pour l'alimentation et l'agriculture (GFFA) fut encore un succès. Vous pouvez télécharger le rapport officielle (disponible en Allemand et Anglais) sur http://www.gruenewoche.de/.

>>>
ADT Project Consulting GmbH
ADT Project Consulting

L'ADT Project Consulting GmbH, située à Bonn, Allemagne, est spécialisée dans la planification et la réalisation de projets agricoles internationaux, dans le développement rural et des projets d'alimentation. Depuis 1995, la société a travaillé dans plus de 50 pays au service de gouvernements, d’institutions publiques de coopération, d’entreprises ou des organisations de l’industrie agro-alimentaire.

>>>
Fédération Européenne pour la Santé Animale et la Sécurité Sanitaire (FESASS)
Fesass

Une fédération au service des éleveurs pour défendre et renforcer la santé animale et la sécurité alimentaire. Construisons ensemble l'Europe de la Santé Animale!

>>>
Plateforme européenne pour l\'utilisation responsable de médicaments vétérinaires
European Platform for the Responsible Use of Medicines in Animals (EPRUMA)
La plateforme européenne pour l\'utilisation responsable de médicaments vétérinaires (EPRUMA) a été créée en 2005 avec pour mission de promouvoir l\'administration responsable des médicaments aux animaux dans l\'UE. EPRUMA est conçue pour compléter le concept d\'agriculture raisonnée en termes d’utilisation judicieuse des intrants dans le secteur agricole. >>>